vendredi 2 mai 2014

Les trigrammes associés au printemps

Dans le Yi King, livre des mutations, les huit trigrammes de base qui permettent de composer les soixante-quatre hexagrammes sont, entre autres, émanations de l’énergie propre à chaque saison.  Le dynamisme des souffles qui aime l’homme et son environnement selon le cycle des saison est appelé Ordre intérieur du monde , ou encore Ordre du ciel postérieur.
Tonnerre et éclairs annonçaient pour les Anciens l’arrivée du printemps avec les premières pluies et la levée du vent d’est. L’orage lui-même était considéré comme la manifestation du dragon., les éclairs provenaient de ses yeux et le tonnerre était sa voix.

Le printemps est représenté par deux trigrammes :

- Tchen () « le tonnerre, l’éclair, l’éveilleur, le mouvement, l’ébranlement, la décision, l’impulsivité, la véhémence, la mobilité, l’agitation, ce qui est fort et croît de façon luxuriante » 
Le Yin recherche la puissance du Yang pour la première fois et reçoit un fils. C'est pourquoi on l'appelle "le fils aîné" (un trait Yang qui arrive et bouscule deux traits yin en exerçant une poussée vers le haut !)
Le trigramme  Tchen est le fils aîné qui prend le commandement avec énergie et puissance. Ce mouvement est si violent qu'il suscite l'effroi. Il a pour image le tonnerre qui jaillit de la terre et dont l'ébranlement provoque crainte et tremblement. Le printemps est souvent annoncé par un brusque changement de climat, avec des orages et des coups de tonnerre. Le trigramme Tchen, le tonnerre, symbolise ces changements brusques qui inaugurent le printemps. C'est l'impulsion qui intervient au début de toute manifestation, de toute action, l'énergie de la vie, l'élan, ce qui s'étend.
C’est la période où les Anciens observaient l’apparition dans le ciel des étoiles « les cornes du dragon » (Arcturius et l’Épi de la vierge. Ainsi, l’énergie du printemps marque fortement de sa poussée initiale toute vie naissante ou en voie d’expression, et tout ce qui va s’élever, à partir de la terre ou de l’obscur, dans une tension exprimant la montée du Yang.

Placé en direction de l'est, il inaugure l'année.

« Il est dit «tous les êtres prennent naissance dans le signe de l’éveilleur, les germes et les bourgeons font leur apparition ».
Il symbolise la promptitude, pareille à l'éclair. C'est le mouvement le plus rapide capable de réveiller la nature endormie par le froid de l'hiver.
Tchen nous donne l’image de la force créatrice, celle du soleil levant, naissance du yang. Son dynamisme progresse en intensité tout au long des trois mois de cette saison. Le « jeune yang » culmine à l’équinoxe, puis se déploie dans l’expression du yang maximum en été. Souen sous-tend l’idée de mobilité.
Symboles : le dragon, le fils ainé, le bambou jeune et vert, le roseau, le tonnerre, le tambour, les pieds, le jaune sombre.
Le ciel et la terre produisant le mouvement de création et de vie, c’est le temps d’expression de l’infinie variété des êtres vivants, plantes, animaux, hommes, les «dix mille êtres » mais aussi les « dix mille choses ».
Il est suivi du trigramme Souen, le vent.


-     Souen () «  le vent, le doux, la douce brise du printemps la diffusion continue, le pénétrant, l'empathie, la patiente, la respiration et la pensée, l'indécision, les directions changeantes, l'acte d'entrer, le bénéfice prochain, la capacité à dissoudre la rigidité, l'intériorisation, le pénétrant »

« Le yang recherche la puissance du yin pour la première fois et reçoit une fille. C'est pourquoi on l'appelle "la fille aînée" (un trait Yin qui se glisse doucement sous 2 traits Yang). 

Il souffle en direction du sud est, il a pour vocation de disperser, de disséminer. Son action complète celle du tonnerre. Le doux aide tous les êtres à devenir purs et à s'épanouir dans la douceur du climat du printemps.

Souen c'est la brise qui favorise le déploiement de la végétation sur toutes les terres. Souen, le vent est aussi nommé l'indécis, pareil au vent qui change de direction. Il incarne l'indécision par caprice, par humeur toujours changeante. Il représente aussi la véhémence, comme si trigramme pouvait se transformer en son contraire, le tonnerre.
Il a comme image le vent ou le bois, comme propriété la douceur qui pourtant pénètre à la façon du vent ou du bois qui pousse ses racines. Le principe obscur, qui est en lui-même rigide et immobile, est dissous par la pénétration du principe lumineux qui se l'assujettit doucement. Dans la nature, c'est le vent qui disperse les nuages amoncelés et crée la clarté sereine du ciel. Dans la vie humaine, c'est la clarté pénétrante du jugement qui anéantit toutes les sombres arrière-pensées. Dans la vie sociale, c'est l'influence d'une personnalité marquante qui démasque et dissipe toutes les intrigues nouées dans l'ombre.
Symboles : le coq et le corbeau, la poule, la fille aînée, le bois, l'étoffe, le travail, les cuisses, le blanc.
 Le doux aide tous les êtres à devenir purs et à s’épanouir dans la douceur du climat du printemps. Souen c’est la brise douce qui favorise le déploiement de la végétation sur toutes les terres. Le vent, Souen, est nommé l’indécis, pareil au vent qui change de direction. Sur le plan psychologique, il incarne l’indécision Il représente aussi la véhémence.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire