dimanche 10 avril 2016

Sān Guān 三關 les 3 barrières

Sān/trois   Guān/ barrière
Le caractère guan indique une positon clé pour les communications, une passe stratégique, un lieu dont la garde doit être assurée pour laisser passer ce qu’il faut, quand il  faut. Bien que l’étymologie traditionnelle de guan , montre un épart qui est une barre de bois fermant une porte , autant qu’une fermeture ou une barrière, le caractère indique une mise en contact, une relation, une connivence ou une  jointure.
La colonne vertébrale est divisée en 24 sections comportant trois portes ou “barrières principales”
Les trois passes, ou 3 barrières, situées dans le dos le long de la colonne vertébrale forment des lieux de passage des souffles stratégiques du point de vue alchimique; ce sont des emplacements pour la circulation du Qi à travers lequel le Qi peut avoir du mal à circuler et où il peut être entravé. Leur obstruction, empêchant l'ascension du souffle et provoquant des maladies, l'alchimiste doit faire en sorte de purifier les sousffles à l'intérieur de son corps de façon que le souffle raffiné puisse franchir ces passes et monter jusqu'à la tête.
 Les plus connues sont les trois passages-­clés de la montée du Qi le long de la colonne vertébrale situés sur le méridien Du Mai (vaisseau gouverneur/VG) :
- Wěi Lü Guān 尾闾关: la barrière de Wěi Lü (coccyx, dans la région du point 1VG), en relation avec les reins.
La barrière de Wěi Lü fait souvent référence à une zone plus large que le seul coccyx  et va jusqu’à la région lombaire.
Wěi /queue,  / porte, réunir =  la porte de la queue
La barrière Wěi Lü se trouve au point le plus bas de la colonne vertébrale où l’eau et le Qi se réunissent. C’est la première barrière de la circulation du Zhen Qi(énergie vitale) dans la remontée de la petite circulation céleste (Zhou Tian). La barrière Wěi Lü comprend une zone qui s’étend entre Chang  Qiang (1VG), le point le plus bas du coccyx, le point Yao Shu (2 VG, sur le sacrum et sur la ligne médiane postérieure, au niveau de l’orifice du canal sacré) et le point Hui Yang (35 V sur le sacrum, à 0,5 cun de la pointe du coccyx).
La barrière de Wěi Lü est parfois appelée barrière de Yang Qiao et de Tai Xuan, car les chinois pensent que la forme des os ressemble ici à un vase tripode doré où yi et yang se réunissent. C’est un orifice très important dans la voie de Xiū Dào (l’étude du TAO).
-Jia Ji Guān (夹脊关): la barrière de Jia Ji (entre les omoplates, entre 9 et 14VG), en relation avec les organes ou Ling Tai (10 DM en médecine chinoise)
Jia (le long du) Ji (colonne).
Ces 17 points classiques sont situés à une (0,5 cun) de la ligne médiane du Vaisseau Gouverneur, de la vertèbre D1 à la vertèbre L5, soit de la première dorsale ou thoracique à la dernière lombaire. de chaque côté des épineuses vertébrales. Dans la zone de la barrière de jiaji on trouve aussi le point Gao Yuang « le point des 100 maladies » (43V).
Les points spinaux appelés Hua Tuo Jia Ji répondent non seulement à l’aiguille mais également à la pression ferme des doigts ainsi qu’à l’usage de tout type de percussions (marteau de mesure des réflexes neurologiques, diapason, etc.).
1.     Les points sur la partie supérieure du thorax sont utilisés pour traiter les maladies de la gorge, le cœur, le poumon, et les extrémités supérieures.
2.    Les points de la partie inférieure du thorax sont utilisés pour traiter les maladies du foie, la vésicule biliaire, de la rate et l' estomac.
3.    Les points de la région lombaire , sont utilisés pour traiter les maladies du système uro-génital, du tractus intestinal, la région lombosacral et des membres inférieurs.
- Yù Zhĕn Guān (玉枕关),  : la barrière de Yuzhen  (proéminence à la base de l’occiput, dans la zone du 17VG) pour les taoïstes ou (Feng Fu VG16 en médecine chinoise). Ce point est lié au cerveau et au système nerveux central.

La barrière de Yù Zhĕn se trouve entre Nao Hu et les deux points Yu Zhen A cause de la forme différente de l’occiput, la localisation de ce point peut varier d’une personne à l’autre.
Le point NAOHU (17 VG) se trouve sur la ligne médiane postérieure, à 2,5 cun au-dessus de la limite du cuir chevelu, sur la dépression sur le bord supérieur de la protubérance occipitale.  
Le point Yù Zhĕn (9V) se trouve de chaque côté de cette zone sur le bord supérieur de la bosse occipitale, à 2,5 cun de la limite postérieure du cuir chevelu en direction frontale, à la hauteur du bord supérieur de la protubérance occipitale externe, et à 1,3 cun de la ligne médiane du crâne en direction externe. 
Yù /jade,  Zhĕn /coussin   = Yù Zhĕn le coussin de jade, qui fait référence à ce coussin de jade sur lequel les anciens chinois posaient la tête pour dormir.
Traditionnellement il est dit que la Barrière de Wěi Lü a la force d’une chèvre, celle de Jiaji la force de l’âne, et celle de Yù Zhĕn  la force du buffle. C’est dire s’il est difficile de les traverser et s’il faut du temps, en accumulant un courant énergétique suffisant, pour les passer.
De nombreux exercices de Qi Gong, telle que la pratique de la petite circulation, qui suit le trajet du Du Mai (Vaisseau Gouverneur) et du Ren Mai (Vaisseau Conception), pratique Taoïste visent à libérer les 3 barrières du Qi le long de la colonne vertébrale,  notamment en guidant le Qi par le Yi, l'intention. Ils ont pour objectif de faciliter, fluidifier, harmoniser la circulation du Qi dans ces passages étroits et souvent fermés ou bloqués dans lesquels on ressent fréquemment des douleurs, des tensions, des oppressions, etc.
Chacune des barrières est en lien avec un champ de cinabre.
Lorsque l'espace intermédiaire du Qi, entre Jing et Shen est bloqué dans un de ces lieux barrière, nous sommes aussi bien coupés de notre origine dans le Sans Forme, en lien avec le Jing authentique du Ciel Antérieur, que de notre devenir, en lien avec Yuan Shen.
Nous sommes alors prisonniers de notre corps/mémoire/histoire.
Nous avons bloqué le Qi qui nous traverse, pour en faire notre identité.
Dans certaines écoles, on préconise de se lancer à brûle-pourpoint dans la conduite du Qi par la concentration sur les "barrières. Le problème avec cette méthode appelée "ouverture des barrières" [kai guan], c'est qu'elle est risquée dans le cas où la concentration est obsessionnelle (le Qi va stagner), ou dans le cas où la concentration est insuffisante (le Qi va être dispersé). Cette méthode est intéressante lorsque notre esprit est calme, notre corps décontracté et notre capacité de concentration suffisante. Aussi, il vaut mieux ne déplacer le Qi que lorsqu'il sera nourri pendant un temps minimum. La tradition parle de 100 jours (environ trois mois de pratique assidue)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire